Lyon-Turin et centre d’affaires ne font pas bon ménage avec la démocratie !

Publié le par alternsavoie

Qui n’a pas entendu parler du Lyon Turin, en projet depuis un quart de siècle ? Il s’agit de créer une Ligne ferroviaire à Grande Vitesse fret et voyageur, pharaonique et inutile. Mais voilà cette ligne passerait par Chambéry qui doit lui réserver le meilleur accueil possible. Pour cela les élus ont tout prévu : créer, à proximité de la gare SNCF (la Cassine), un quartier d’affaires attractif pour les entreprises du tertiaire avec une gare TGV internationale, un pôle multimodal, des voiries et parking d’accès sans oublier une méga-passerelle cyclo-piétonnière déjà en place mais inaccessible par manque d’argent ! Ceci est conditionné au financement du TGV Lyon Turin et au résultat de l’enquête ouverte par L'Office européen de Lutte contre la Fraude (OLAF).

 

Tout cela a nécessité la création d’une réserve foncière publique, véritable bien commun, aujourd’hui quasi effective sur une quinzaine d’ha. Du coup avec ce projet, c’est tout le quartier de la Cassine qui est sinistré : habitants et activités sommés de quitter le quartier, murage/démolition d’habitations et d’entreprises, arrêt du maraichage et jardinage pourtant en activité depuis des générations.

 

Ce n’est pas notre conception d’habiter la ville. Nous préférons un quartier alternatif, vivant et multifonctionnel avec activités diverses et services publics de proximité (administratifs, culturels, de santé), plutôt qu’un pôle d’affaire déshumanisé au profit de quelques-uns. 

 

 

Pour une alternative autogérée

Les habitantEs n’ont-ils pas le pouvoir de dire comment gérer les affaires qui les concernent du quartier à l’agglomération! Tel est le sens que nous donnons à la ZAD Cassine : Engager le quartier, la ville et l’agglomération dans un vrai processus de démocratie directe avec  des budgets participatifs élaborés par des assemblées populaires citoyennes dotées de réels pouvoirs de décision et de contrôle.

Les grands projets inutiles et quartiers d’affaires ruineux ne résorbent ni le chômage de masse ni ne répondent à l’égalité sociale ni aux équilibres écologiques. Nous leur opposons les projets locaux écologiquement soutenables élaborés collectivement, les coopératives, les lieux alternatifs ou chacun peut trouver sa place à échelle humaine.

 

La brutalité comme réponse

 

C’était le moment, pour les élus de Chambéry et de l’Agglomération, d’écouter d’autres voix que celles du capitalisme. Ils ont choisi  le passage en force, et le recours à la force policière nombreuse pour mater celles et ceux qui s’opposent à leurs projets. Nous dénonçons la destruction violente (yourte, cabane, jardins) de ce lieu de vie et d’expérimentation alternative. Nous regrettons leur absence d’ouverture aux idées de partage, de convivialité et de sobriété. Nous ne renonçons pas !

www.tvnetcitoyenne.com Destruction de la Zad des Jardins de la Cassine.

Publié dans Savoie

Commenter cet article

de gatineau 01/03/2015 02:53

C'est rare que les affaires et la démocratie font bon ménage et ce dans tous les domaines... pas besoins d'avoir lu Karl Marx pour constater ça... :'(