Retraites, emploi, réduction du temps de travail :

Publié le par alternsavoie

Le système de retraites est un enjeu essentiel de

l'affrontement entre des visions opposées de la

société. La gauche de transformation sociale et

écologique défend, dans la continuité des combats

historiques du mouvement ouvrier, la réduction du

temps de travail dans toutes ses dimensions

(durée hebdomadaire, congés payés, âge de départ

à la retraite). Elle défend aussi le système de

retraite par répartition, au nom de la solidarité intergénérationnelle

et d'un revenu socialisé, et du

refus de la marchandisation de nos vies. La droite,

de contre-réforme en contre-réforme, de Balladur

à Fillon et Sarkozy, vise à la fois à reculer l'âge du

départ à la retraite, à allonger la durée de cotisations

et à marginaliser par le chômage des millions

de salarié-e-s.

La paupérisation d'un nombre croissant de retraité-

e-s en particulier parmi les femmes, la mise à

bas progressive du système solidaire accentuent

toujours plus le recours à la capitalisation, au chacun

pour soi.

Sous la houlette de la Commission européenne, le

gouvernement Ayrault a choisi de s'inscrire dans la

logique de la droite et du MEDEF. Sa démarche

reste encore prudente : afin, de limiter autant que

faire se pourra la mobilisation, le mode de calcul

des pensions de agents de la fonction publique et

les "régimes spéciaux" ne sont pas à ce stade mis

en cause, et le gouvernement a dû se résoudre à

abandonner la tentative de paupériser encore davantage

les petites retraites.

Mais la logique reste inchangée : le travail reste

considéré comme un coût, l'enjeu central du recul

du chômage pour le financement des retraites est

ignoré, la principale variable d'ajustement reste

l'allongement de la durée du travail, et pas question

d'élargir l'assiette des cotisations au système

de retraites.

 

 

Une alternative est indispensable :

Prévenir et combattre les effets de l'intensification

du travail et les dégâts du productivisme, imposer

une affectation des gains de productivité en faveur

de la réduction du temps de travail plutôt qu'au

bénéfices des actionnaires; élargir l'assiette des cotisations

retraite aux dividendes, stock options...

La logique que nous avons combattue en 2010,

nous nous y opposons toujours aujourd'hui.

Retraites à 60 ans, droits des chômeurs et précaires,

sécurité sociale : contre le chacun pour soi et

la marchandisation de nos vies, nous choisissons

les solidarités, une autre répartition des richesses,

la réduction massive du temps de travail (30 h hebdo

sans baisse de salaire et avec embauches

correspondantes)?

Des mobilisations se préparent, avec notamment

une première journée de grève et de manifestations

mardi prochain 10 septembre à l'appel des

syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires. Les initiatives

du collectif Ensemble défendons nos retraites !

vont dans le même sens. Les Alternatifs y participent

et y appellent.

La clé du succès réside dans notre capacité à construire

une riposte d'ensemble contre le projet

Ayrault. C'est une responsabilité communes des

syndicats, associations, mais aussi des partis et

courants de gauche qui refusent le sacrifier les acquis

sociaux au rouleau compresseur du capitalisme.

Chaque citoyen, chaque citoyenne est

concerné-e et peut contribuer au succès

de notre mobilisation !

4 septembre 2013

 

Publié dans National

Commenter cet article